En cette période de reprise du travail, je vous présente ces deux aides indispensables pour vivre au mieux son travail.
Ces deux méthodes permettent de prendre un temps pour prendre du recul sur sa pratique professionnelle. C’est une mise en distance pour mieux comprendre sa posture et pour réajuster sa pratique.

La supervision me semble nécessaire et indispensable lorsque nous exerçons un métier d’accompagnement (psychothérapeute, sophrologue, psychologue, dentiste, coach, infirmier, praticien du bien-être, assistante sociale, éducateur…) et surtout lorsque nous exerçons en libéral car nous sommes seul. Nous avons besoin du regard de l’autre pour nous distancier. Nous devons pouvoir réfléchir sur notre pratique et optimiser notre accompagnement pour être au plus proche des besoins et attentes de nos patients ou clients.

  • J’accompagne dans mon cabinet de nombreux professionnels (infirmières, auxiliaires de vie, médecins, sophrologue, esthéticiennes, manager…) dans le cadre de la supervision pour les aider à instaurer une juste distance et développer des compétences en lien avec leur mission. Lors de ces rencontres, les professionnels abordent leurs difficultés.
    Ce temps de rencontre permet une prise de conscience du lien qui existe entre les difficultés personnelles et les situations rencontrées dans le cadre du travail.
  • De plus, personnellement, je suis supervisée une fois par mois pour prendre ce recul suffisant et apporter le meilleur à mes clients.

Pour les équipes, j’utilise plutôt l’analyse de la pratique. En effet, je suis titulaire du Diplôme Universitaire “Analyse de la Pratique et Régulation Institutionnelle“ de l’Université Lyon 2. Chaque professionnel a besoin de prendre conscience qu’il n’est pas seul dans une équipe et qu’il y a des solutions pour ajuster son positionnement professionnel.

  • J’accompagne des équipes différentes en EHPAD (infirmières, aides-soignants, cuisiniers, psychologues, secrétaires, aides médico-psychologiques, cadres,…) , en crèche, en ESAT, en entreprise, dans des écoles… Chaque groupe crée sa propre dynamique.

Le “superviseur” est à l’écoute, sans jugement. Il apporte des conseils, il guide dans la réflexion du ou des professionnels. Souvent, le fait de mettre des mots sur son vécu permet à la personne de trouver elle-même des solutions.

Pour accompagner correctement, nous devons prendre soin de nous !